mardi 3 janvier 2012

Un aide de camp nommé Loyal

Comme le capitaine d'infanterie – puis chef de bataillon de la garde nationale - Symphorien Prouères, comme le capitaine de chasseurs à cheval Antoine Mege, Antoine Loyal est le fils d'un employé de la fameuse manufacture de faïence d'Aprey (canton de Longeau). Respectivement originaires de Nevers (Nièvre) et d'Is-sur-Tille (Côte-d'Or), Jacques Loyal, couvreur, et Thérèse Virot étaient mariés depuis trois ans lorsque naît leur fils le 3 mai 1774.

Antoine Loyal a 19 ans quand il est incorporé, le 23 juillet 1793, dans une demi-brigade qui sera versée dans le 12e de ligne. Nous pensons, sans en avoir la preuve, que le jeune Haut-Marnais servait alors dans le 8e bataillon de volontaires nationaux de la Côte-d'Or, effectivement versé dans la 60e demi-brigade puis dans la 12e. Caporal le 23 août 1793, sergent le 22 septembre 1794, sergent-major (hiver 1801-1802), Loyal est promu sous-lieutenant (30 juin 1804), à l'âge de 30 ans. Si l'on s'en réfère aux travaux de Martinien, l'enfant d'Aprey n'est pas blessé durant les campagnes du 12e de ligne. En revanche, il l'est le 31 août 1813, lors du passage de la Bidassoa : Loyal est alors capitaine, et aide de camp du général de brigade Gruardet (lui-même natif de la Côte-d'Or), puis touché à nouveau le 13 décembre devant Bayonne. Il semble ensuite se battre, en février 1814, à Orthez avec l'armée des Pyrénées.

En novembre 1814, il épouse Catherine Beyer, originaire de Dax (Landes), et se fixe dans cette ville. Il cesse de servir le 1er juillet 1818, à 44 ans, année de sa mise à la retraite. C'est le 27 mars 1834 qu'il décède, à l'âge de 60 ans. Sa veuve reste domiciliée dans la citée dacquoise.

Il est possible que notre Haut-Marnais (de naissance) corresponde au capitaine Loyal, du 119e de ligne, blessé le 22 mai 1809 lors du passage de la Deba (selon Martinien).


Sources : registre paroissial d'Aprey ; recensement des hommes du 12e de ligne (site Internet du groupe de reconstitution dédié à ce régiment) ; différents bulletins de loi.

Aucun commentaire: